Eau potable

Réseaux d’eau potables – le plus grand consommateur d'électricité dans les communes                                                                                                       Les réseaux d’approvisionnement en eau fournissent la base principale de notre vie, à savoir, l'eau potable. A cette fin, les réseaux d'eau nécessitent  beaucoup d'électricité, soit plus de 20% de la consommation d’électricité à disposition pour les taches publiques des municipalités. A première vue, les coûts énergétiques dus à l’approvisionnement en eau représentent en proportion une petite partie des coûts totaux. Si on les mesure aux coûts d'exploitation variables ils arrivent à un important 20%. Par une optimisation systématique de l’exploitation et l'utilisation de pompes à haut rendement, la consommation d’énergie et donc les coûts liés à l’énergie dans les réseaux d’eau peuvent être sensiblement réduits. Dans certaines Communes il y a aussi la possibilité d’utiliser l'eau potable du réseau pour produire de l'électricité ou de la chaleur (voir aussi chaleur à distance) – cela sans compromettre la qualité de l'eau.

Grâce au programme pour les réseaux de chaleur, on peut profiter dès maintenant du même encouragement mais à des conditions très simplifiées. Une extension du programme de soutien aux réseaux de chauffage à distance ayant recours à des chaudières à bois, des pompes à chaleur, des rejets de chaleur industrielle, de chaleur provenant d’usines de valorisation thermique des déchets (UVTD) et d’extensions de réseaux est en cours de préparation

Conseil neutre pour répondre à l'article sur les gros consommateurs              Dans divers cantons, les gros consommateurs (> 500 MWh/a de consommation électrique) doivent répondre à des prescriptions légales. À cet égard, les entreprisees d’approvisionnement en eau concernées doivent dans un premier temps définir quelle approche elles souhaitent adopter parmi les trois chemins possibles.

- La convention d’objectifs universelle (COU)

- La convention d’objectifs cantonale (COC)

- L’analyse de la consommation énergétique (ACE)

 Dans le cas où les stations d’épuration (STEP) ou d’approvisionnement en eau ont choisi la voie impliquant le canton, c.-à-d. la COC ou l’ACE, et qu’elles ne bénéficient pas d’un suivi professionnel, les exploitants peuvent au besoin demander un soutien auprès d’InfraWatt, en particulier concernant l’accomplissement des exigences de l’article sur les gros consommateurs (AGC). En ce qui concerne l’AGC, InfraWatt a rédigé des recommandations pour les STEP et les SAE.

L’analyse détaillée – un outil éprouvé
Compte tenu de la grande consommation d'énergie, en Suisse de nombreux distributeurs d'eau ont effectué des analyses énergétiques détaillées. Une évaluation sur une vingtaine d’analyses ont montré d’une part que pour toutes les installations, des possibilités d’économies d’énergie considérables existaient, et d’autre part que les investissements nécessaires à la réalisation pouvaient être remboursés par les économies engendrées. Il est donc utile pour tout réseau d’approvisionnement en eau de vérifier systématiquement le potentiel énergétique par une analyse énergétique. D’autant plus que celles-ci ainsi que les mesures d’économies d’électricité peuvent être subventionnées par les programmes ProKilowatt (info@infrawatt.ch).

Pumpencheck – Analyse de pompes
La consommation d'électricité représente plus de 90% du coût total d'une pompe au cours de la vie. Les investissements, en revanche, sont presque négligeables. Il est donc nécessaire lors de la planification de la pompe, de mettre l'accent sur l'efficacité énergétique. L'expérience montre qu’une planification spécialisée peut sauver de 10 à 30% des coûts de l'électricité. Par conséquent pour compte de l’OFEN il a été développé un test de vérification de la pompe. Dans un premier temps le test des différentes pompes d’un réseau permet  de clarifier quelles pompes ont un potentiel énergétique intéressant, et si une substitution ou une analyse plus détaillée sont nécessaires.

La production d’électricité depuis l’eau potable
Cela fait déjà plus de 100 ans que des centrales hydrolélectriques sur eau potable ont été construites par des hôteliers de l’Engadine. Depuis lors, en Suisse plus de 100 centrales ont été réalisées. Grâce aux analyses sommaires et à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité qui prévoit que l'électricité produite à partir d'eau potable doit être rétribuée à prix coûtant, les stations d'eau potable ont connu ces dernières années un véritable boom. Avec la RPC, les petites centrales sont avantageuses en termes de rentabilité. Si une centrale ne veut pas exploiter son potentiel elle-même, le financement peut être mis à disposition d’un contracteur spécialisé pour la construction et la mise en œuvre de la turbine hydraulique. InfraWatt conseille les exploitants de réseaux d’eau potable  sur toutes  questions relatives à la RPC, aux démarches et au financement des centrales hydroélectriques sur eau potable.

Actualité 2016: Les installations figurant sur la liste d’attente doivent compter avec une attente de plusieurs années. La liste d’attente continue d’être réduite en fonction de la date d’annonce des installations, les installations prêtes à être construites ou déjà réali-sées étant prises en compte en premier. Même en cas de relèvement du plafond des coûts dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050, on ne peut pas garantir actuellement que toutes les installations sur la liste d’attente bénéficient d’un encourage-ment.

Analyse sommaire pour les centrales hydroélectriques sur eau potable           InfraWatt peut proposer des aides financières pour des analyses sommaires sur les centrales hydroélectriques sur eau potable grâce au soutien de l’OFEN. Une analyse sommaire est justifiée lorsque les conditions pour une exploitation rentables sont remplies. Pour la RPC, la limite inférieure de production d’électricité est  d’environ 10'000 kWh par an. Afin d’évaluer la production d’électricité possible, la formule suivante peut être employée : hauteur de chute nécessaire (en m) x débit d’eau moyen (en l/min) = production d’électricité par année (en kWh/an). Afin d’obtenir une aide financière pour une analyse sommaire, remplissez le formulare d’inscription en annexe.

Fichier attachéTaille
2017.11.20_Faktenblatt_DVM_ES2050_FR.pdf245.34 Ko
2017.11.02_Faktenblatt_KEV_Biomasse_Wind_Kleinwasserkraft_Geothermie_FR.pdf254.56 Ko
Gros consommateurs_2015_fr.pdf289.75 Ko
Spécialistes_test d'énergie.pdf30.72 Ko
Demande analyse sommaire_.doc337 Ko
Merkblatt_1-3_f.pdf296.1 Ko